Comment choisir un fourneau professionnel ?

Le fourneau professionnel est un accessoire d’une grande importance dans le domaine de la cuisine et qui permet de réussir la préparation des recettes gourmandes. Cependant, compte tenu de la multiplicité des modèles disponibles sur le marché, il est important de faire un choix convenable. Voici quelques critères qui vous aideront à y arriver.

Le mode de cuisson

Dans le choix d’un  fourneau professionnel , il est important de tenir compte du mode de cuisson. Il existe en effet une multitude de systèmes permettant de distinguer cet équipement de cuisine et chacun d’eux présente des avantages qui leur sont spécifiques. Le mode de cuisson dépend essentiellement du type de plaque qui accompagne le fourneau.

Le mode de cuisson à induction est adapté aux appareils fonctionnant à l’électricité. Très moderne, ce système est économique dans la mesure où il permet de limiter les pertes de chaleur. Cela est rendu possible grâce à la présence des ondes électromagnétiques. L’autre avantage de ce type d’appareil est qu’il permet de choisir précisément la température de cuisson, sans compter qu’il est très facile à nettoyer.

Outre l’induction, il existe un mode de cuisson vitrocéramique. Il est moins économique que le précédent et est assez traditionnel dans son fonctionnement. En effet, comme source d’énergie, il utilise des halogènes ou des radiants à la place de l’électricité ou du gaz. Cependant, l’avantage de la plaque de cuisson vitrocéramique est qu’elle chauffe très rapidement.

Le type de four

Le four à gaz est le plus convoité et le plus économique. Il ne demande pas en effet beaucoup d’énergie et permet d’obtenir une cuisson délicate. Vous avez aussi le four électrique qui est adapté à toutes les cuisines professionnelles et est facile à prendre en main. Ce type de four est très pratique, ce qui vous permettra de comprendre son fonctionnement très rapidement. Toutefois, il est plus énergivore que le four à gaz.

L’autre alternative est le four à chaleur tournante. Ce type de four est très efficace et permet une montée rapide de la température. En plus de cela, le four à chaleur tournante vous permet de faire cuire deux différentes préparations au même moment sans qu’il y ait transfert d’odeur.

La sécurité

La sécurité est un critère à ne pas ignorer avant de choisir un fourneau professionnel. Pour y veiller, il faudra s’assurer de la présence de certains dispositifs. Il s’agit entre autres des portes froides. Elles permettent d’éviter un maximum de brûlures. Pour plus de sécurité, il est judicieux d’opter pour un fourneau à double vitrage.

Ensuite, il faudra prendre en compte la fonction anti basculement. Ce système permet de retirer les plats lourds sans qu’il y ait de renversement. Enfin, la fonction verrouillage, comme son nom l’indique, permet de verrouiller les commandes pour éviter les changements de réglages en pleine cuisson.

Puis-je conduire après avoir fumer du CBD ?

La consommation du CBD est autorisée dans de plus en plus de pays. Le doute subsiste néanmoins sur les précautions à prendre après certains types de consommation notamment après l’avoir fumé. Conduire est-il autorisé ou recommandé après avoir fumé du CBD ?

Que dit le législateur à ce propos ?

Le Parlement européen autorise la consommation du CBD, tant que la teneur en THC des produits est inférieure ou égale à 0.2 %. De nombreux pays se sont alignés sur les standards européens, autorisant la consommation du CBD tant qu’elle respecte la limitation requise. Cela a entraîné bon nombre de promo cbd . Dans ces pays, la conduite après avoir consommé du CBD n’a rien d’illégale.

Conduire après avoir fumé du CBD n’est pas interdit

Bien qu’issu de plantes psychoactives, la molécule de CBD elle, est non psychoactive. Ainsi, tant que les prescriptions en la matière sont respectées, conduire après avoir fumé n’est pas puni par la loi.

Comme bon nombre de pays européens, la France a autorisé en 2022, la consommation de CBD, et ce, dans le respect des teneurs en THC préconisées. Les législateurs français n’ont cependant pas défini un cadre juridique clair sur les effets de la consommation du CBD. La réglementation à ce niveau étant pour le moment très flou, il n’est pas vraiment aisé de prendre position.

Un résultat positif en cas de salivaire est puni par la loi

Il est très important de souligner qu’en cas de test salivaire, le THC peut conduire à un résultat positif. Cela pourrait entraîner les mêmes sanctions que celles liées à la consommation de stupéfiants, notamment :

  • une amende qui peut aller au-delà de 4 000 €
  • une peine d’emprisonnement qui peut aller jusqu’à 24 mois
  • un retrait de points sur le permis de conduire (6 points)
  • une suspension du permis de conduire

De même, si vous êtes auteur d’un sinistre après avoir fumé du CBD, votre assureur peut aller jusqu’à rompre votre contrat d’assurance.

Dès lors, vous devez éviter de conduire immédiatement après avoir consommé du CBD. Il est fortement recommandé d’attendre environ 6 heures afin que ses effets s’estompent.

Pourquoi peut-il être dangereux de jouer après avoir fumé du CBD ?

S’il est à première vue inoffensif, le CBD peut avoir sur le corps certains des effets qui tendent à altérer la conduite. L’action du CBD peut entraîner dans le cerveau, l’augmentation de certaines substances. Celles-ci sont à leur tour, responsables d’une relaxation forte et suffisamment rapide, qui est relativement agréable pour le consommateur. Malheureusement, cette même relaxation peut entraîner la fatigue et dans une certaine mesure la somnolence. Cela est dangereux lorsque vous êtes au volant.

Comment est composée une bière ?

La bière est l’une des boissons les plus appréciées dans le monde. Cela est dû aux éléments qui la composent et qui lui donnent un goût particulier. Ces éléments sont embarqués dans une suite de transformation pour aboutir à ce délicieux breuvage dont se délectent ses consommateurs. Comment est composée une bière ? Éléments de réponse.

La composition d’une bière

Une bière est composée de quatre éléments principaux. Au nombre de ces éléments, l’eau figure en premier. En effet, la bière est majoritairement composée d’eau, entre 90 et 95 %. Il faut aussi noter que c’est le PH (taux d’acidité) et la composition minérale de cette substance vitale qui détermine le goût, ainsi que la valeur d’une bière. De ce fait, il est indispensable d’utiliser une eau pure afin d’avoir une bière de qualité. En-dehors de l’eau, le malt est également utilisé lors de la préparation d’une bière. Cette céréale intervient pour donner la couleur de la bière ainsi que sa texture.

De même, le houblon est également employé dans la composition d’une bière. Cette plante va permettre d’obtenir le côté amer de la boisson. Il faut aussi noter que cet élément est indispensable pour la conservation de la bière. Pour finir, les derniers composants qui interviennent lors de la production d’une bière sont les levures. En effet, ces micro-organismes jouent un rôle majeur pendant le processus de fermentation de l’alcool. Elles contribuent également à donner du caractère à la bière. Vous pouvez consulter le site https://www.box-en-folie.com si vous souhaitez vous offrir une bonne dégustation de bière.

La préparation de la bière

La bière est le résultat d’une série d’étapes. La première consiste à traiter le malt. Ce traitement va permettre d’obtenir le « malt vert » qui sera envoyé dans une touraille. Cette machine va permettre aux graines d’avoir une coloration particulière. Par la suite, les graines seront écrasées. Attention cependant car à cette étape, il est important de veiller à ce que les graines ne soient pas trop écrasées. Elles doivent avoir une taille plutôt moyenne. Ensuite, les graines écrasées vont être additionné à de l’eau chaude pour donner une pâte appelée « maische ».

La maische est par la suite envoyé dans une machine pour obtenir un moût. Après obtention de ce liquide sucré, il faudra ajouter le houblon et les autres ingrédients en fonction de la recette utilisée. Ce mélange est ensuite refroidi pour la phase de fermentation alcoolique. Une fois refroidi, il faudra ajouter les levures afin que le processus de fermentation s’enclenche. Appelé bière verte, le liquide obtenu passera par une phase appelée « période de garde » qui lui permettra d’être raffinée. Ce n’est qu’à la fin de cette phase que la bière (prête à être consommé) est obtenue.

Quel est le meilleure vin rouge ?

Vous aimez le vin rouge, mais ne savez pas comment identifier le meilleur? Le bon vin rouge n’est pas si difficile à distinguer. Il suffit d’avoir les notions essentielles à son identification pour y arriver. Découvrez comment identifier le meilleur vin rouge

L’équilibre des ingrédients

L’équilibre est l’une des caractéristiques phares d’un bon vin rouge. Le mot équilibre fait référence ici, à l’adéquation entre les quatre éléments essentiels du vin. Il s’agit de la relation entre le tanin, l’acidité, l’alcool et le sucre. Lorsque ces quatre ingrédients sont en parfaite harmonie dans un vin rouge, vous êtes alors en présence d’un bon vin équilibré. Attention, chacun de ces éléments a une fréquence dans le vin. Il faudrait que le pourcentage évalué de chaque substance respecte la dose normale. Vous pouvez vous rendre sur vineabox.com pour en apprendre davantage sur les meilleurs vins rouges.

Le sucre et l’alcool adoucissent le vin, tandis que le tanin et l’acidité sont les constituants qui le durcissent. Pour désigner un vin comme étant le meilleur, il faut qu’il présente un équilibre entre ses facteurs doux et ses facteurs durs. C’est la coexistence entre ces différentes données qui donne le meilleur vin. L’un sans l’autre diminue la qualité du vin. Il convient également de souligner qu’en dehors de tout cela, le meilleur vin rouge est d’abord celui qui vous plaît.

La profondeur du vin

La profondeur fait référence ici au fait que le bon vin semble avoir des couches dans sa saveur. C’est aussi l’une des caractéristiques des meilleurs vins rouges. C’est un identifiant qui se détecte dans la bouche pendant la dégustation. Lorsque vous mettez le vin qui a la bonne profondeur dans la bouche, vous constatez qu’il n’est pas plat en bouche. Vous aurez à la fois le goût des quatre éléments précédemment cités à la bouche. L’acidité et le gout du sucre doivent être les couches les plus identifiables. Tout comme la première caractéristique, la profondeur est axée sur le goût acide, sucré, le goût de l’alcool et du tanin. Un vin sans ces éléments ne saurait être le meilleur.

La longueur en bouche

La longueur dont il s’agit ici fait référence au fait que le bon vin se déguste le long du palais. Il concentre toutes les saveurs sur le bout de la langue et reste même après avoir été avalé. Par conséquent, le meilleur vin est celui avec une longue finale corsée et qui laisse une impression profonde en bouche. Attention, un vin peut également avoir la finale courte et impressionner au début, mais son intensité s’estompe rapidement, une fois avalé.

Quelle est la différence entre une pierrade et une plancha ?

Pour la préparation d’un repas, l’un des accessoires principaux est l’appareil de cuisson. Il en existe plusieurs qui se différencient soit par leur forme, leur mode d’utilisation et autres. Parmi ceux-ci, il y a la pierrade et la plancha. Il s’agit de deux appareils de cuisson qui même s’ils servent à cuire les mêmes types d’aliments, sont très différents. Qu’est-ce qui les différencie ? Découvrez-le ici.

Continuer la lecture

Quel est le fromage le plus connu en France ?

La France possède à elle seule plus de 1000 variétés de fromages, mais toutes ne sont pas populaires. Envie de savoir ses fromages les plus connus? Emmental par exemple est produit en grand nombre, à cause de la demande de plus en plus forte. Mais en dehors de cette spécialité culinaire, Comté et Mozzarella sont également des fromages répandus.

Continuer la lecture

Où se procurer des emballages alimentaires ?

Les emballages alimentaires représentent des accessoires de cuisine indispensables pour assurer la sécurité des aliments. Cependant, pour réellement profiter de cet avantage, vous devez opter pour un exemplaire de qualité. Fort heureusement, il existe plusieurs vendeurs qui en proposent sur le marché. Où acheter alors des emballages alimentaires ? Éléments de réponse !

Continuer la lecture

Comment faire le pain surprise ?

Souhaitez-vous faire du pain surprise ? Très connu pour son goût merveilleux, le pain surprise est une véritable régale. Toutefois, la réalisation de ce mets peut parfois être un véritable casse-tête pour certains. Comment réaliser alors efficacement du pain surprise ? Éléments de réponse !

Continuer la lecture

Opter pour des vacances en location de mobil home dans l’hérault

Parmi toutes les options d’hébergement que les campings proposent, le mobil home est de loin l’option la plus appréciée des campeurs. Le confort procuré, la capacité d’accueil offerte et l’accessibilité à petit prix font du mobil home la meilleure option d’hébergement. Si vous partez en vacances cette année dans l’Hérault, vous pourrez vous aussi opter pour cette location dans un camping de la zone. Voici ce que vous devez savoir sur cette location de vacance ?

Continuer la lecture

Les meilleures spécilalités culinaires d’Ardèche

L’Ardèche est une région de la France connue pour sa gastronomie très bien pourvue. Elle est essentiellement constituée à base de pommes de terre, de fromages et de charcuterie. À ces produits de terroir, s’ajoutent les myrtilles sauvages, les châtaignes, etc. En effet, cette région possède également une mosaïque de plats traditionnels et de saveurs qui s’accompagnent des vins ardéchois ou d’ailleurs. Au nombre de ses spécialités culinaires il y a la Maôche, la Crique et la Caillette qui méritent d’être mieux connues.

Continuer la lecture

Séjour de plein air dans le Sud de la France : comment s’y prendre ?

Vous désirez vous séjourner sur un camping de prédilection en France ? Une bonne sélection est faite pour vous satisfaire, quel que soit votre goût. Pour vivre de bons moments, seul, en couple ou en famille, des sites édéniques et très prisés sont aménagés pour vous. Cet article vous imprègne de l’essentiel à en savoir.

Offrez-vous un excellent séjour en plein air dans le Sud de le France

Les vacances sont de moments très précieux pour vous refaire et il est important d’emprunter les moyens pour les mettre à profit. Si le changement de  cadre de vie est une bonne option, l’idéal est de savoir  où se diriger pour de merveilleux séjours. C’est à cet effet qu’il vous est proposé de faire le choix du camping le plus convenable. Les établissements de camping sont partout en France, mais dans le Sud, une sélection de sites paradisiaques vous sont accessibles. Vous y pactiserez avec la nature pour votre bien-être et le confort que vous désirez.

Des campings de qualité sont aménagés en plein air dans le Sud de la France pour votre plus grand bonheur. Ils sont accessibles à des prix très abordables. De ce point de vue, la location mobil-home dans le Sud de la France reste la meilleure solution pour répondre à l’embarras de choix devant la multitude de destinations dans le Var. Une location à commodité très attractive vous fait découvrir les délices de la plage et des paysages  de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les trésors à découvrir lors du camping dans le Sud de la France

Un mobil home sur un camping de qualité peut abriter jusqu’à 8 personnes. Dans certains établissements, chaque chambre est dotée de double lit ou de lits simples, avec possibilité de louer des draps. De plus, vous pourriez avoir accès à une cuisine équipée du nécessaire pour la vaisselle et d’électroménagers (réfrigérateur-congélateur, micro-ondes). Il vous sera par exmple loisible de profiter du charme naturel que vous offre le paysage de Cannes où votre mobil est à proximité de la plage. À Ramatuelle comme autour du golfe de Saint Tropez, vous passerez d’inoubliables moments sous le charme de la Méditerranée.

La location d’un mobil-home dans le Sud de la France vous donne aussi la possibilité d’accéder  à des parcs aquatiques et à des jardins édéniques qui ont recueilli des avis clients favorables. Il s’agit par exemple des jardins de Lou Pantai. Avec Sud Est Vacances ou TripAdvisor, vous vous offrirez un immanquable plaisir touristique en trouvant résidence à Fréjus ou à Port Grimaud ou à Toulon. La possibilité vous est offerte de goûter au calme inédit et à la beauté voluptueuse des paysages de Bandol.

La location d’un mobil-home dans le Sud de la France  pourra, en dernier ressort, vous aider à vous refaire physiquement en vous assurant le standard et le confort. Vous pouvez trouver à Roquebrune un emplacement pour contempler, depuis votre terrasse, la rivière à proximité ou pour vous baigner en toute sécurité dans une piscine en plein ou couverte et chauffée.

 

Le fonctionnement des distributeurs de boissons fraîches

Les distributeurs de boissons fraîches sont des appareils très utilisés pour les grands bureaux, les centres d’appels, les espaces publics… C’est une solution de restauration 24 h/24, 7 j/ 7, fiable et nécessitant peu d’entretien. Ces systèmes de réfrigération permettant une conservation efficace de liquides sont souvent remplis d’eau et de jus. On y met aussi des produits énergétiques. Mais comment fonctionnent-ils ? Réponse dans ce focus !

Comment faire usage d’un distributeur de boissons ?

La plupart des distributeurs de distributeurs de boissons fraîches n’utilisent que de l’argent en espèces. Assurez-vous donc de disposer des fonds nécessaires pour acheter les collations à l’intérieur. Regardez les bouteilles et/ou canettes disponibles à l’intérieur du distributeur automatique pour décider de la collation que vous voulez. Les images et/ou les listes des boissons disponibles illustrées sur l’appareil peuvent également vous aider. Chaque article aura un prix indiqué à côté. Décidez quel article vous souhaitez acheter et retirez l’argent nécessaire pour payer l’article.

Si la machine indique que vous devez utiliser la monnaie exacte, comptez le montant exactement égal au prix indiqué à côté du produit choisi. Si la machine n’a pas cette indication, vous pourrez généralement payer un montant supérieur ou égal au prix indiqué. Insérez votre argent dans le distributeur automatique. La machine a généralement un emplacement marqué pour les pièces et un large emplacement horizontal éclairé si elle accepte les billets.

Introduisez toutes les pièces dans la fente à pièces. Continuez à alimenter les pièces de monnaie dans la machine jusqu’à ce que vous ayez payé le montant nécessaire pour acheter le produit. La plupart des distributeurs de boissons fraîches ont un affichage numérique pour indiquer combien d’argent vous avez payé. Si vous utilisez des billets, assurez- vous de les rendre lisses avant de les insérer. En fait, les distributeurs automatiques rejettent souvent les billets froissés ou déchirés. Insérez donc le billet, face vers le haut, dans la fente horizontale.

Appuyez sur un numéro ou un bouton pour indiquer à la machine quel produit vous voulez. La plupart des distributeurs de collations ont des lettres et/ou des chiffres correspondant à chaque collation. Si tout se passe bien, votre collation sera distribuée. Vous serez généralement en mesure de voir ou d’entendre la collation tomber dans l’unité de récupération près du bas de la machine. Poussez la porte de l’unité de récupération, si une porte existe, et récupérez votre collation ou boisson.

Où trouver le distributeur de boissons idéal ?

Si vous recherchez un système de réfrigération permettant une conservation efficace des liquides à vendre ou à louer pour votre entreprise, tournez-vous vers les spécialistes. En la matière,  Distributeurautomatique.net fait florès. Vous y trouverez des machines de différentes tailles et modèles qui peuvent stocker un grand nombre  de produits pour satisfaire vos employés et/ou vos clients. Pour un maximum de confort et de tranquillité d’esprit, un service de gestion vous sera offert. Mais si vous préférez vous en occuper vous-même, vous pouvez également bénéficier d’un contrat de maintenance sur mesure. Pour plus d’informations sur les distributeurs automatiques de boissons fraîches ou pour vous aider à choisir l’appareil le mieux adapté à vos besoins, rendez-vous sur Distributeurautomatique.net. Remplissez le formulaire et recevez plusieurs devis comparatifs.

Steak tartare : comment apporter sa touche à la recette traditionnelle ?

Le steak tartare est un plat très apprécié en été comme en hiver. Sa préparation est assez facile, et si vous ne l’avez pas encore essayé, c’est le moment propice pour le faire. Cependant, si vous aviez l’habitude d’en cuisiner auparavant, quelques touches de créativité ne vous feront que le plus grand bien. Toutes les astuces dans cet article.

La recette traditionnelle du steak tartare

Les ingrédients

  • La viande

C’est le principal élément pour la préparation de votre steak. Pour obtenir à la fin un Tartare impeccable, il est nécessaire de veiller à la qualité de la viande. Opter pour de petits morceaux de viande est une petite astuce dont vous pouvez vous servir. Aussi, vous devez vous assurer que votre viande est fraîche. En effet, la consommation de viandes crues comporte de nombreux risques pour la santé. Pour éviter des problèmes comme une contamination bactérienne par exemple, il faut privilégier une viande fraîche pour votre cuisine.

Aussi, vous devez éviter la viande de bœuf ayant subi des traitements d’hormones. Il est donc préférable que vous vous en procurez à la ferme la plus proche de chez vous. Ou alors chez votre boucher, si vous voulez une viande provenant d’un élevage biologique.

  • Les autres ingrédients

Une fois que vous avez le principal ingrédient, la viande, il faut maintenant chercher les éléments secondaires qui composeront votre steak. La façon traditionnelle de cuisiner le steak tartare requiert l’utilisation de câpres, d’oignons blancs et frais, du persil plat ainsi que des cornichons. Il est aussi possible d’utiliser des paillettes de tomme de brebis, de la crème d’anchois, des graines de courge. Vous pouvez aussi utiliser de l’huile de sésame grillé ou des pignons de pin. Cependant, il faut privilégier les ingrédients bios et de bonne qualité.

La préparation

Une fois votre viande achetée, ne perdez plus de temps avant de l’utiliser. La durée de conservation d’un morceau de viande est de 3 jours au plus. Après avoir respecté cette chaîne de froid, vous pouvez morceler la viande en petites tranches d’un centimètre. Pour votre hygiène, il est recommandé de le faire avec un couteau tranchant et propre. Une précision : vous devez retirer la partie extérieure des tranches puis garder uniquement la partie tendre si la viande est amochée.

Après le morcellement des tranches, il faut envelopper l’ensemble dans un sachet plastique qui sera mis au congélateur pendant 4 heures. C’est assez long pour vous peut-être ? Vous pouvez vous en passer, mais dans ce cas, vous devez désinfecter vos tranches de viande avec une goutte d’huile essentielle de citron.

Ensuite, il y a l’étape de l’assaisonnement. Cela permet d’éviter le goût fade de la viande crue. Ainsi, l’assaisonnement peut se faire à l’aide de la moutarde de Dijon, du ketchup, de la mayonnaise, de l’huile d’olive, du poivre.

Dans un saladier, faites le mélange des oignons blancs et des câpres que vous auriez au préalable découpés en lamelles. À ce mixage, vous pouvez ajouter les autres ingrédients de votre cuisine. Vous devez juste après, fusionner le mélange des condiments et ingrédients à votre viande. Réservez le sel pour la fin, car il a tendance à rendre la viande crue plus dure.

Personnalisez votre steak tartare avec ces astuces

Il est toujours bien de faire preuve de créativité dans les préparations culinaires. Ainsi, pour marquer la différence avec votre steak tartare, vous pouvez y ajouter un jaune d’œuf cru. Il donnera de la couleur et de l’élégance à votre steak. Vous devez cependant créer un espace creux au-dessus de votre viande pour éviter qu’il ne glisse au pied de cette dernière.

Autrement, vous pouvez ajouter la sauce Worcestershire à votre steak. En fait, il s’agit d’un ingrédient d’origine anglaise qui apportera de nouvelles sensations et un parfum agréable à votre repas. Ou encore, si vous le voulez, vous pouvez mettre une feuille de basilic sur votre Tartare pour une belle présentation.

Steak tartare : comment apporter sa touche à la recette traditionnelle ?

Le steak tartare est un plat très apprécié en été comme en hiver. Sa préparation est assez facile, et si vous ne l’avez pas encore essayé, c’est le moment propice pour le faire. Cependant, si vous aviez l’habitude d’en cuisiner auparavant, quelques touches de créativité ne vous feront que le plus grand bien. Toutes les astuces dans cet article.

La recette traditionnelle du steak tartare

Les ingrédients

  • La viande

C’est le principal élément pour la préparation de votre steak. Pour obtenir à la fin un Tartare impeccable, il est nécessaire de veiller à la qualité de la viande. Opter pour de petits morceaux de viande est une petite astuce dont vous pouvez vous servir. Aussi, vous devez vous assurer que votre viande est fraîche. En effet, la consommation de viandes crues comporte de nombreux risques pour la santé. Pour éviter des problèmes comme une contamination bactérienne par exemple, il faut privilégier une viande fraîche pour votre cuisine.

Aussi, vous devez éviter la viande de bœuf ayant subi des traitements d’hormones. Il est donc préférable que vous vous en procurez à la ferme la plus proche de chez vous. Ou alors chez votre boucher, si vous voulez une viande provenant d’un élevage biologique.

  • Les autres ingrédients

Une fois que vous avez le principal ingrédient, la viande, il faut maintenant chercher les éléments secondaires qui composeront votre steak. La façon traditionnelle de cuisiner le steak tartare requiert l’utilisation de câpres, d’oignons blancs et frais, du persil plat ainsi que des cornichons. Il est aussi possible d’utiliser des paillettes de tomme de brebis, de la crème d’anchois, des graines de courge. Vous pouvez aussi utiliser de l’huile de sésame grillé ou des pignons de pin. Cependant, il faut privilégier les ingrédients bios et de bonne qualité.

La préparation

Une fois votre viande achetée, ne perdez plus de temps avant de l’utiliser. La durée de conservation d’un morceau de viande est de 3 jours au plus. Après avoir respecté cette chaîne de froid, vous pouvez morceler la viande en petites tranches d’un centimètre. Pour votre hygiène, il est recommandé de le faire avec un couteau tranchant et propre. Une précision : vous devez retirer la partie extérieure des tranches puis garder uniquement la partie tendre si la viande est amochée.

Après le morcellement des tranches, il faut envelopper l’ensemble dans un sachet plastique qui sera mis au congélateur pendant 4 heures. C’est assez long pour vous peut-être ? Vous pouvez vous en passer, mais dans ce cas, vous devez désinfecter vos tranches de viande avec une goutte d’huile essentielle de citron.

Ensuite, il y a l’étape de l’assaisonnement. Cela permet d’éviter le goût fade de la viande crue. Ainsi, l’assaisonnement peut se faire à l’aide de la moutarde de Dijon, du ketchup, de la mayonnaise, de l’huile d’olive, du poivre.

Dans un saladier, faites le mélange des oignons blancs et des câpres que vous auriez au préalable découpés en lamelles. À ce mixage, vous pouvez ajouter les autres ingrédients de votre cuisine. Vous devez juste après, fusionner le mélange des condiments et ingrédients à votre viande. Réservez le sel pour la fin, car il a tendance à rendre la viande crue plus dure.

Personnalisez votre steak tartare avec ces astuces

Il est toujours bien de faire preuve de créativité dans les préparations culinaires. Ainsi, pour marquer la différence avec votre steak tartare, vous pouvez y ajouter un jaune d’œuf cru. Il donnera de la couleur et de l’élégance à votre steak. Vous devez cependant créer un espace creux au-dessus de votre viande pour éviter qu’il ne glisse au pied de cette dernière.

Autrement, vous pouvez ajouter la sauce Worcestershire à votre steak. En fait, il s’agit d’un ingrédient d’origine anglaise qui apportera de nouvelles sensations et un parfum agréable à votre repas. Ou encore, si vous le voulez, vous pouvez mettre une feuille de basilic sur votre Tartare pour une belle présentation.

Cou farci à l’oseille : un plat tant aimé en Périgord

La cuisine périgordienne offre une variété de plats saisonniers ou non qui fait la fierté de cette région. Il existe de nombreuses recettes faites à base de viande et d’oseille qui régalent chaque jour les papilles des gens qui vivent au Périgord. Il y a par exemple le très connu plat du cou de canard farci et celui du cou d’oie farci. Nous vous présentons aujourd’hui, quelques recettes de cou farci à l’oseille, qui feront le bonheur de vos papilles si vous êtes un amoureux des plats du Périgord.

La recette du « cou de canard farci à l’oseille »

Ce plat traditionnel périgordien est un repas saisonnier fait maison. C’est une recette très facile, simple et rapide à réaliser. Pour la réalisation, il vous faut plusieurs ingrédients dont le plus important est le cou du canard. Pour un repas à base de 3 cous, voici comment vous devez procéder.

Les ingrédients

  • Trois cous de canard
  • Du bain de graisse de canard
  • De l’Armagnac
  • 300 g de chair à saucisse
  • Des feuilles d’oseille blanchies
  • Du sel et du poivre

La préparation

  • Il faut d’abord soigneusement peler les cous de canard. Pour réussir, ce n’est pas compliqué. Il suffit de tirer sur la peau exactement comme si l’on pelait un lapin.
  • Une fois les cous pelés, faites-les cuire pendant 2 h 30 min dans une bassine à confiture contenant de la graisse de canard.
  • Pendant que les cous cuisent, profitez de ce temps pour arroser la peau des cous avec de l’armagnac.
  • Une fois les cous cuits, égouttez-les, puis séparez la viande des petits os. Puisque la viande est confite, ce n’est pas difficile à faire.
  • Mixer les sucs, la viande des cous, la chair à saucisse ainsi que les feuilles d’oseille blanchies, puis assaisonnez la farce avec du sel et du poivre
  • Laissez reposer le mélange obtenu au frais toute une nuit.
  • Le jour suivant, il faut garnir les cous avec la farce et coudre les extrémités pour les maintenir fermés lors de la cuisson.
  • Faites bouillir la graisse dans la bassine pour y faire cuire les cous farcis pendant 40 minutes à feu moyen.
  • Retirer les cous farcis puis mettez-les au frais, ils peuvent être mangés dans quelques jours.

La recette du « cou d’oie farci à l’oseille »

Le cou d’oie farci à l’oseille est également une recette sortie tout droit de la cuisine périgordienne. C’est un plat qui se mange à froid il est généralement servi en hors-d’œuvre. Il est facile à réaliser, mais nécessite beaucoup de délicatesse. Pour faire un repas pour 4 personnes, voici la recette à suivre.

Les ingrédients

  • 1 cou d’oie
  • Des feuilles d’oseille blanchies
  • 400 g de la chair d’oie, y compris le cœur
  • 1 œuf
  • De la chair à saucisse
  • Du sel et des épices

La préparation

  • Ôtez la peau du cou de l’oie et retournez-la à l’envers, puis dégraissez-la délicatement.
  • Hachez la chair prélevée sur la carcasse et le cœur puis mélangez avec la chair à saucisse et les feuilles de l’oseille blanchies préalablement mixées.
  • Assaisonnez le mélange avec les épices et le sel puis liez le tout avec l’œuf.
  • Ensuite, vous devez coudre l’une des extrémités du cou, le garnir avec la farce, avant de coudre la deuxième extrémité pour le fermer, et éviter que la farce ne s’échappe au cours de la cuisson.
  • Faites bouillir la graisse dans une bassine pour y faire cuire les cous farcis pendant une heure. Au cours de la cuisson, retournez le cou.
  • Conserver le cou au frais pendant une journée avant de le servir.

Cou farci à l’oseille : un plat tant aimé en Périgord

La cuisine périgordienne offre une variété de plats saisonniers ou non qui fait la fierté de cette région. Il existe de nombreuses recettes faites à base de viande et d’oseille qui régalent chaque jour les papilles des gens qui vivent au Périgord. Il y a par exemple le très connu plat du cou de canard farci et celui du cou d’oie farci. Nous vous présentons aujourd’hui, quelques recettes de cou farci à l’oseille, qui feront le bonheur de vos papilles si vous êtes un amoureux des plats du Périgord.

La recette du « cou de canard farci à l’oseille »

Ce plat traditionnel périgordien est un repas saisonnier fait maison. C’est une recette très facile, simple et rapide à réaliser. Pour la réalisation, il vous faut plusieurs ingrédients dont le plus important est le cou du canard. Pour un repas à base de 3 cous, voici comment vous devez procéder.

Les ingrédients

  • Trois cous de canard
  • Du bain de graisse de canard
  • De l’Armagnac
  • 300 g de chair à saucisse
  • Des feuilles d’oseille blanchies
  • Du sel et du poivre

La préparation

  • Il faut d’abord soigneusement peler les cous de canard. Pour réussir, ce n’est pas compliqué. Il suffit de tirer sur la peau exactement comme si l’on pelait un lapin.
  • Une fois les cous pelés, faites-les cuire pendant 2 h 30 min dans une bassine à confiture contenant de la graisse de canard.
  • Pendant que les cous cuisent, profitez de ce temps pour arroser la peau des cous avec de l’armagnac.
  • Une fois les cous cuits, égouttez-les, puis séparez la viande des petits os. Puisque la viande est confite, ce n’est pas difficile à faire.
  • Mixer les sucs, la viande des cous, la chair à saucisse ainsi que les feuilles d’oseille blanchies, puis assaisonnez la farce avec du sel et du poivre
  • Laissez reposer le mélange obtenu au frais toute une nuit.
  • Le jour suivant, il faut garnir les cous avec la farce et coudre les extrémités pour les maintenir fermés lors de la cuisson.
  • Faites bouillir la graisse dans la bassine pour y faire cuire les cous farcis pendant 40 minutes à feu moyen.
  • Retirer les cous farcis puis mettez-les au frais, ils peuvent être mangés dans quelques jours.

La recette du « cou d’oie farci à l’oseille »

Le cou d’oie farci à l’oseille est également une recette sortie tout droit de la cuisine périgordienne. C’est un plat qui se mange à froid il est généralement servi en hors-d’œuvre. Il est facile à réaliser, mais nécessite beaucoup de délicatesse. Pour faire un repas pour 4 personnes, voici la recette à suivre.

Les ingrédients

  • 1 cou d’oie
  • Des feuilles d’oseille blanchies
  • 400 g de la chair d’oie, y compris le cœur
  • 1 œuf
  • De la chair à saucisse
  • Du sel et des épices

La préparation

  • Ôtez la peau du cou de l’oie et retournez-la à l’envers, puis dégraissez-la délicatement.
  • Hachez la chair prélevée sur la carcasse et le cœur puis mélangez avec la chair à saucisse et les feuilles de l’oseille blanchies préalablement mixées.
  • Assaisonnez le mélange avec les épices et le sel puis liez le tout avec l’œuf.
  • Ensuite, vous devez coudre l’une des extrémités du cou, le garnir avec la farce, avant de coudre la deuxième extrémité pour le fermer, et éviter que la farce ne s’échappe au cours de la cuisson.
  • Faites bouillir la graisse dans une bassine pour y faire cuire les cous farcis pendant une heure. Au cours de la cuisson, retournez le cou.
  • Conserver le cou au frais pendant une journée avant de le servir.

Cou farci à l’oseille : un plat tant aimé en Périgord

La cuisine périgordienne offre une variété de plats saisonniers ou non qui fait la fierté de cette région. Il existe de nombreuses recettes faites à base de viande et d’oseille qui régalent chaque jour les papilles des gens qui vivent au Périgord. Il y a par exemple le très connu plat du cou de canard farci et celui du cou d’oie farci. Nous vous présentons aujourd’hui, quelques recettes de cou farci à l’oseille, qui feront le bonheur de vos papilles si vous êtes un amoureux des plats du Périgord.

La recette du « cou de canard farci à l’oseille »

Ce plat traditionnel périgordien est un repas saisonnier fait maison. C’est une recette très facile, simple et rapide à réaliser. Pour la réalisation, il vous faut plusieurs ingrédients dont le plus important est le cou du canard. Pour un repas à base de 3 cous, voici comment vous devez procéder.

Les ingrédients

  • Trois cous de canard
  • Du bain de graisse de canard
  • De l’Armagnac
  • 300 g de chair à saucisse
  • Des feuilles d’oseille blanchies
  • Du sel et du poivre

La préparation

  • Il faut d’abord soigneusement peler les cous de canard. Pour réussir, ce n’est pas compliqué. Il suffit de tirer sur la peau exactement comme si l’on pelait un lapin.
  • Une fois les cous pelés, faites-les cuire pendant 2 h 30 min dans une bassine à confiture contenant de la graisse de canard.
  • Pendant que les cous cuisent, profitez de ce temps pour arroser la peau des cous avec de l’armagnac.
  • Une fois les cous cuits, égouttez-les, puis séparez la viande des petits os. Puisque la viande est confite, ce n’est pas difficile à faire.
  • Mixer les sucs, la viande des cous, la chair à saucisse ainsi que les feuilles d’oseille blanchies, puis assaisonnez la farce avec du sel et du poivre
  • Laissez reposer le mélange obtenu au frais toute une nuit.
  • Le jour suivant, il faut garnir les cous avec la farce et coudre les extrémités pour les maintenir fermés lors de la cuisson.
  • Faites bouillir la graisse dans la bassine pour y faire cuire les cous farcis pendant 40 minutes à feu moyen.
  • Retirer les cous farcis puis mettez-les au frais, ils peuvent être mangés dans quelques jours.

La recette du « cou d’oie farci à l’oseille »

Le cou d’oie farci à l’oseille est également une recette sortie tout droit de la cuisine périgordienne. C’est un plat qui se mange à froid il est généralement servi en hors-d’œuvre. Il est facile à réaliser, mais nécessite beaucoup de délicatesse. Pour faire un repas pour 4 personnes, voici la recette à suivre.

Les ingrédients

  • 1 cou d’oie
  • Des feuilles d’oseille blanchies
  • 400 g de la chair d’oie, y compris le cœur
  • 1 œuf
  • De la chair à saucisse
  • Du sel et des épices

La préparation

  • Ôtez la peau du cou de l’oie et retournez-la à l’envers, puis dégraissez-la délicatement.
  • Hachez la chair prélevée sur la carcasse et le cœur puis mélangez avec la chair à saucisse et les feuilles de l’oseille blanchies préalablement mixées.
  • Assaisonnez le mélange avec les épices et le sel puis liez le tout avec l’œuf.
  • Ensuite, vous devez coudre l’une des extrémités du cou, le garnir avec la farce, avant de coudre la deuxième extrémité pour le fermer, et éviter que la farce ne s’échappe au cours de la cuisson.
  • Faites bouillir la graisse dans une bassine pour y faire cuire les cous farcis pendant une heure. Au cours de la cuisson, retournez le cou.
  • Conserver le cou au frais pendant une journée avant de le servir.

Que comprendre de la cérémonie du thé japonaise ?

Le Japon est un pays, qui fascine par ses paysages et sa culture. Très avancé sur le plan technologique, ce pays n’en a pas moins su garder un attachement affectif à ses traditions. Parmi ces traditions, demeure la célèbre cérémonie de thé japonaise. Une cérémonie qui nécessite une étude et une compréhension approfondies des mœurs japonaises pour la pratiquer. Découvrez les origines de la cérémonie du thé et quelle est la philosophie cachée derrière cette tradition.

Le Chanoyu

La cérémonie de thé est appelée au Japon, « chanoyu » qui signifie littéralement « l’eau chaude du thé ». Ce terme se réfère principalement à la cérémonie elle-même. Un autre terme, « chado » qui se traduit en « la voie du thé » est lui utilisé pour désigner les rituels qui ont lieu pendant la cérémonie.

Le chanoyu est une chorégraphie de la préparation et du service du thé vert japonais « matcha ». Cette chorégraphie est connue du maître de cérémonie, qui est formé à la gestuelle, à la préparation de la boisson, et à la disposition du décor environnant. Des conditions qui se doivent d’être respectées, pour obtenir un moment d’harmonie et de sérénité, propre à la cérémonie.

L’origine de la cérémonie

Le bouddhisme zen est l’un des principes à la base de la création du chanoyu. Trois moines se distinguent par leur apport. Le premier, Murata Shuko, émit l’idée que la dégustation du thé pouvait être considérée comme un exercice pour méditer. Takeno Jo conçut plus tard des ustensiles d’un style très simple pour faciliter le service du thé. Enfin, celui que l’on considère comme le maître du thé, Sen no Rikyu, ajouta à la cérémonie, la touche de raffinement sobre et calme, que nous lui connaissons aujourd’hui.

Sen no Rikyu fut exilé par l’empereur, et plus tard, dû se donner la mort par seppuku (suicide rituel). Ses trois petits-fils fondèrent trois écoles pour enseigner les rituels derrière la cérémonie du thé, afin de transmettre et d’éduquer au déroulement de la cérémonie.

Le déroulement de la cérémonie

Le chanoyu se déroule en plusieurs étapes. Le maître de cérémonie commence par saluer ses invités, puis dispose les ustensiles à ses côtés. Suit, la préparation du thé, qui se fait pour chaque convive, un à la fois. Le bol de thé est présenté au premier convive, qui lève le bol en signe de respect envers son hôte, et le tourne pour le déguster. Il doit vider le bol en deux gorgées et demie, avant de reposer le bol devant lui. Le maître de cérémonie répète ensuite la même préparation pour chacun des convives. À la fin, il nettoie les ustensiles et les présente aux hôtes.

Que retient-on du Chanoyu ?

Ce qui rend le chanoyu spécial, c’est la philosophie qui est derrière la préparation et le service du thé. Une philosophie, qui se résume en quatre concepts clés.

Wa

Wa signifie « l’harmonie de la nature ». Le maître de cérémonie veille par ses gestes, à apporter une harmonie autour de la maison où s’effectue la cérémonie. Cela pour amener aux invités, paix intérieure et tranquillité.

Kei

Kei signifie « le respect ». Ce concept évoque un respect des gens autour de soi, de la nature et des outils impliqués dans la cérémonie. L’entrée de la salle où se déroule la cérémonie est souvent de petite taille, obligeant les participants à faire preuve de respect en s’inclinant pour rentrer.

Sei

Sei veut dire « pureté ». C’est un aspect que les participants s’appliquent à eux-mêmes, en harmonie avec le maître de cérémonie qui doit célébrer, et suivre les étapes, sincèrement et à cœur ouvert.

Jaku

Jaku, signifie « tranquillité ». C’est le point culminant des trois concepts évoqués. C’est en découvrant l’harmonie, en traitant leur semblable avec respect, et en laissant derrière eux leurs soucis, que les participants peuvent ressentir ce qu’est vraiment la tranquillité.

Au fil du temps, d’autres concepts se sont fait connaître, par leur intégrité à la cérémonie, en apportant, la modernité si propre au Japon.

Cou farci à l’oseille : un plat tant aimé en Périgord

La cuisine périgordienne offre une variété de plats saisonniers ou non qui fait la fierté de cette région. Il existe de nombreuses recettes faites à base de viande et d’oseille qui régalent chaque jour les papilles des gens qui vivent au Périgord. Il y a par exemple le très connu plat du cou de canard farci et celui du cou d’oie farci. Nous vous présentons aujourd’hui, quelques recettes de cou farci à l’oseille, qui feront le bonheur de vos papilles si vous êtes un amoureux des plats du Périgord.

La recette du « cou de canard farci à l’oseille »

Ce plat traditionnel périgordien est un repas saisonnier fait maison. C’est une recette très facile, simple et rapide à réaliser. Pour la réalisation, il vous faut plusieurs ingrédients dont le plus important est le cou du canard. Pour un repas à base de 3 cous, voici comment vous devez procéder.

Les ingrédients

  • Trois cous de canard
  • Du bain de graisse de canard
  • De l’Armagnac
  • 300 g de chair à saucisse
  • Des feuilles d’oseille blanchies
  • Du sel et du poivre

La préparation

  • Il faut d’abord soigneusement peler les cous de canard. Pour réussir, ce n’est pas compliqué. Il suffit de tirer sur la peau exactement comme si l’on pelait un lapin.
  • Une fois les cous pelés, faites-les cuire pendant 2 h 30 min dans une bassine à confiture contenant de la graisse de canard.
  • Pendant que les cous cuisent, profitez de ce temps pour arroser la peau des cous avec de l’armagnac.
  • Une fois les cous cuits, égouttez-les, puis séparez la viande des petits os. Puisque la viande est confite, ce n’est pas difficile à faire.
  • Mixer les sucs, la viande des cous, la chair à saucisse ainsi que les feuilles d’oseille blanchies, puis assaisonnez la farce avec du sel et du poivre
  • Laissez reposer le mélange obtenu au frais toute une nuit.
  • Le jour suivant, il faut garnir les cous avec la farce et coudre les extrémités pour les maintenir fermés lors de la cuisson.
  • Faites bouillir la graisse dans la bassine pour y faire cuire les cous farcis pendant 40 minutes à feu moyen.
  • Retirer les cous farcis puis mettez-les au frais, ils peuvent être mangés dans quelques jours.

La recette du « cou d’oie farci à l’oseille »

Le cou d’oie farci à l’oseille est également une recette sortie tout droit de la cuisine périgordienne. C’est un plat qui se mange à froid il est généralement servi en hors-d’œuvre. Il est facile à réaliser, mais nécessite beaucoup de délicatesse. Pour faire un repas pour 4 personnes, voici la recette à suivre.

Les ingrédients

  • 1 cou d’oie
  • Des feuilles d’oseille blanchies
  • 400 g de la chair d’oie, y compris le cœur
  • 1 œuf
  • De la chair à saucisse
  • Du sel et des épices

La préparation

  • Ôtez la peau du cou de l’oie et retournez-la à l’envers, puis dégraissez-la délicatement.
  • Hachez la chair prélevée sur la carcasse et le cœur puis mélangez avec la chair à saucisse et les feuilles de l’oseille blanchies préalablement mixées.
  • Assaisonnez le mélange avec les épices et le sel puis liez le tout avec l’œuf.
  • Ensuite, vous devez coudre l’une des extrémités du cou, le garnir avec la farce, avant de coudre la deuxième extrémité pour le fermer, et éviter que la farce ne s’échappe au cours de la cuisson.
  • Faites bouillir la graisse dans une bassine pour y faire cuire les cous farcis pendant une heure. Au cours de la cuisson, retournez le cou.
  • Conserver le cou au frais pendant une journée avant de le servir.

Steak tartare : comment apporter sa touche à la recette traditionnelle ?

Le steak tartare est un plat très apprécié en été comme en hiver. Sa préparation est assez facile, et si vous ne l’avez pas encore essayé, c’est le moment propice pour le faire. Cependant, si vous aviez l’habitude d’en cuisiner auparavant, quelques touches de créativité ne vous feront que le plus grand bien. Toutes les astuces dans cet article.

La recette traditionnelle du steak tartare

Les ingrédients

  • La viande

C’est le principal élément pour la préparation de votre steak. Pour obtenir à la fin un Tartare impeccable, il est nécessaire de veiller à la qualité de la viande. Opter pour de petits morceaux de viande est une petite astuce dont vous pouvez vous servir. Aussi, vous devez vous assurer que votre viande est fraîche. En effet, la consommation de viandes crues comporte de nombreux risques pour la santé. Pour éviter des problèmes comme une contamination bactérienne par exemple, il faut privilégier une viande fraîche pour votre cuisine.

Aussi, vous devez éviter la viande de bœuf ayant subi des traitements d’hormones. Il est donc préférable que vous vous en procurez à la ferme la plus proche de chez vous. Ou alors chez votre boucher, si vous voulez une viande provenant d’un élevage biologique.

  • Les autres ingrédients

Une fois que vous avez le principal ingrédient, la viande, il faut maintenant chercher les éléments secondaires qui composeront votre steak. La façon traditionnelle de cuisiner le steak tartare requiert l’utilisation de câpres, d’oignons blancs et frais, du persil plat ainsi que des cornichons. Il est aussi possible d’utiliser des paillettes de tomme de brebis, de la crème d’anchois, des graines de courge. Vous pouvez aussi utiliser de l’huile de sésame grillé ou des pignons de pin. Cependant, il faut privilégier les ingrédients bios et de bonne qualité.

La préparation

Une fois votre viande achetée, ne perdez plus de temps avant de l’utiliser. La durée de conservation d’un morceau de viande est de 3 jours au plus. Après avoir respecté cette chaîne de froid, vous pouvez morceler la viande en petites tranches d’un centimètre. Pour votre hygiène, il est recommandé de le faire avec un couteau tranchant et propre. Une précision : vous devez retirer la partie extérieure des tranches puis garder uniquement la partie tendre si la viande est amochée.

Après le morcellement des tranches, il faut envelopper l’ensemble dans un sachet plastique qui sera mis au congélateur pendant 4 heures. C’est assez long pour vous peut-être ? Vous pouvez vous en passer, mais dans ce cas, vous devez désinfecter vos tranches de viande avec une goutte d’huile essentielle de citron.

Ensuite, il y a l’étape de l’assaisonnement. Cela permet d’éviter le goût fade de la viande crue. Ainsi, l’assaisonnement peut se faire à l’aide de la moutarde de Dijon, du ketchup, de la mayonnaise, de l’huile d’olive, du poivre.

Dans un saladier, faites le mélange des oignons blancs et des câpres que vous auriez au préalable découpés en lamelles. À ce mixage, vous pouvez ajouter les autres ingrédients de votre cuisine. Vous devez juste après, fusionner le mélange des condiments et ingrédients à votre viande. Réservez le sel pour la fin, car il a tendance à rendre la viande crue plus dure.

Personnalisez votre steak tartare avec ces astuces

Il est toujours bien de faire preuve de créativité dans les préparations culinaires. Ainsi, pour marquer la différence avec votre steak tartare, vous pouvez y ajouter un jaune d’œuf cru. Il donnera de la couleur et de l’élégance à votre steak. Vous devez cependant créer un espace creux au-dessus de votre viande pour éviter qu’il ne glisse au pied de cette dernière.

Autrement, vous pouvez ajouter la sauce Worcestershire à votre steak. En fait, il s’agit d’un ingrédient d’origine anglaise qui apportera de nouvelles sensations et un parfum agréable à votre repas. Ou encore, si vous le voulez, vous pouvez mettre une feuille de basilic sur votre Tartare pour une belle présentation.

Que comprendre de la cérémonie du thé japonaise ?

Au Japon, le thé occupe une place très importante. Cette place de choix accordé à ce breuvage a donné naissance à la célèbre cérémonie du thé qui ne se démode pas depuis plusieurs siècles, mais qui au contraire, se développe et se perpétue. Véritable art traditionnel, cette cérémonie est soumise à des règles et formalités strictes.

Histoire de la cérémonie du thé au Japon

Les graines de thé ont été introduites pour la première fois au Japon à l’époque de la dynastie Tang. La toute première cérémonie de thé japonaise a eu lieu au VIIIe siècle. Elle a été révolutionnée grâce au livre écrit par un prêtre bouddhiste chinois, qui en décrit la préparation.
Entre 710 et 794, le thé commença à prendre une grande place dans la société, car il était consommé par des prêtres et des nobles à des fins médicinales. À partir de ce moment, des règles et des formalités strictes ont commencé à naître autour de la consommation de ce breuvage.
En 1187, le thé a été introduit dans une consommation plus religieuse. Il n’était plus consommé uniquement à des fins médicinales grâce aux connaissances acquises par Myoan Eisai, qui se rendit en Chine pour étudier la philosophie et la religion.

Le XIIIe siècle a marqué un tournant décisif en ce qui concerne la popularité de la cérémonie du thé japonais, grâce aux samouraïs.

Les hautes personnalités ainsi que les gens de différentes classes sociales ont commencé à organiser à leur tour, des cérémonies de thé. C’est ainsi que Murata Shukou, prêtre zen, l’un des plus grands concepteurs de salon de thé, fut connu sous le nom de « père de la cérémonie du thé ».

Enfin, au XVIe siècle, la consommation du thé a connu une grande expansion à tous les niveaux de la société japonaise. Sen no Rikyü, l’une des plus importantes figures historiques de la cérémonie du thé, en a perfectionné de nombreuses formes grâce à ses enseignements.

Les différents types de cérémonie du thé

La cérémonie japonaise du thé est un rituel qui se déroule sous plusieurs formes en fonction des saisons, de l’heure à laquelle elles ont lieu ou encore de l’école de la cérémonie japonaise du thé.

Ainsi nous avons par exemple :

La cérémonie Hatsugama

Son nom signifie « première bouilloire ». Elle a lieu en janvier et c’est la première cérémonie de l’année. En général, l’enseignant enseigne et guide les élèves. Mais à cette occasion ce dernier leur prépare du thé avec un repas assorti.

La cérémonie Akatsuki-no-chaji

Ce nom signifie en japonais « cérémonie du thé de l’aube en hiver ». Elle se déroule en hiver, plus précisément à l’aube.

La cérémonie Yuuzari-no-chaji

Ce nom signifie « cérémonie du thé en début de soirée ». Cette cérémonie a lieu au cours des mois les plus chauds.

Déroulement de la cérémonie du thé au Japon

Les ustensiles utilisés lors de la cérémonie sont :

  • Le fouet en bambou appelé « Chasen » utilisé pour mélanger l’eau et le thé.
  • La cuillère en bambou ou « Chashaku » utilisée pour doser le thé
  • Le bol traditionnel « Chawan »

Durant cette cérémonie, le thé est souvent accompagné des friandises japonaises appelées « wagashi ». Au début de la cérémonie, le maître de thé salue les invités tout en plaçant les ustensiles autour de lui afin de servir les invités tour à tour. Ensuite, le maître dépose deux cuillères de poudre de « Matcha » (thé vert en poudre généralement très cher) au fond des bols, complète de l’eau chaude et mélange le tout à l’aide du « Chasen ».

Le premier invité servi salue le deuxième invité avant de goûter et lève son bol en signe de révérence pour l’hôte. Pour finir, il tourne deux fois son bol dans le sens normal des aiguilles d’une montre.

La cérémonie du thé au Japon est un art qui se perpétue de génération en génération. Afin de vous faire vivre cette cérémonie extraordinaire, le Japon dispose de plusieurs maisons de thé très accueillantes qui vous emmèneront au cœur de cette tradition.

Faut-il encore craquer pour un robot cuiseur en 2019 ?

La technologie connaît chaque fois, une évolution épatante pour faciliter la vie à l’homme dans ses différentes tâches. Depuis quelques années, la présence des robots cuiseur se fait de plus en plus sentie dans les cuisines. Ils offrent de nombreux avantages permettant de faire évoluer très rapidement la cuisine, en passant par les recettes les plus simples à celles plus sophistiquées. Si vous consultez ce blog, vous savez sûrement que le canard est un plat emblématique du Périgord. Eh bien vous pouvez aussi le cuisiner au Cookeo. Si vous n’en disposez pas encore, pensez-y. Découvrez plus d’informations à travers les lignes de cet article.

Continuer la lecture

Quelles sont les meilleures crêperies à Paris ?

Enfants et adultes, tout le monde adore les crêpes ! Qu’il s’agisse des crêpes sucrées à l’heure du goûter ou des galettes salées pour le repas, les crêperies vous proposent de délicieuses recettes pour que vous puissiez manger des crêpes quand vous le voulez. Si vous êtes à Paris et que vous avez une envie de crêpes, voici notre liste des meilleures crêperies de la capitale.

Continuer la lecture

Comment choisir les meilleures barquettes alimentaire ?

Dans le réfrigérateur de chaque famille, il y a toujours des contenants dédiés à la conservation et au stockage des aliments. La plupart d’entre eux sont en plastique et sont disponibles à bas prix et offrent commodité et facilité de nettoyage. Cependant, il est indispensable d’avoir une idée assez claire sur le genre de contenants qu’il vous faut, en fonction de vos besoins. Comment faut – il identifier les meilleures barquettes alimentaires et où peut-on s’en procurer ?

Continuer la lecture